6 erreurs courantes sur les intolérances alimentaires

intolérances alimentaires

6 erreurs courantes sur les intolérances alimentaires. Oui, c’est pas si simple. De croire à un seul méchant par exemple. Dans cet article “L’intolérance alimentaire : explications et symptômes”, je t’ai posé les bases, n’hésite pas à commencer par là si ce n’est pas déjà fait. Cette série sur les intolérances alimentaires a pour but de te donner des éclairages pour les appréhender avec plus de sagesse.

1) Penser que les intolérances alimentaires sont la cause des problèmes, et non la conséquence

En effet, il arrive souvent que les intolérances alimentaires ne soient que des conséquences à des désordres plus profonds qui ont fragilisé le terrain : dérèglements métaboliques, inflammation, système immunitaire mis à mal, fatigue chronique, carences ou subcarences… qui aboutissent à une dysbiose intestinale, une possible intoxication à des produits microbiens nocifs ou des aliments mal digérés, etc. C’est un problème qui peut paraître plus complexe qu’on ne le croit, il est plus juste de s’attaquer à la cause.

👉🏻Fais-toi aider par un œil extérieur professionnel pour tes intolérances alimentaires

Elle ou il pourra t’aider à mettre en place la stratégie adaptée à ton cas. En effet, il se peut que les intolérances alimentaires ne soient pas la première chose à s’occuper pour ton organisme et ton bien-être général.

2) S'enfermer dans des évictions

Il m’arrive régulièrement que des personnes me tendent leurs résultats d’analyses à Ig G et me disent « je ne sais plus quoi manger » car, sur le papier, elles sont réactives à tellement d’aliments…

Le réflexe est souvent de s’enfermer dans l’éviction du ou des réactogènes à vie ou quasi. S’il y en a plusieurs, la palette alimentaire va en pâtir, et on peut aboutir à… de nouvelles intolérances car le corps est moins bien nourri, les routes digestives ne sont pas entretenues donc les enzymes rabougrissent, les carences s’installent et de nouveaux problèmes surgissent…

Les cas d’éviction à vie pour les intolérances alimentaires sont rares. Ce ne sont pas des allergies franches pour rappel. Il y a des moyens de naviguer en douceur.

👉🏻Connais ton seuil de tolérance

Tu as reconnu un réactogène ? Ne le consomme pas tous les jours en organisant des rotations alimentaires, ça permettra au corps de faire une pause.

Si besoin, tu le supprimes de ton assiette pendant 15 jours, puis tu le réintroduis progressivement, en douceur, en choisissant le top du top de la qualité (bio le plus souvent, car on ne va pas s’amuser à réintroduire des adjuvants chimiques et autres résidus de traitement, le but est de savoir si on réagit aux molécules de l’aliment, pas à ses additifs, tu as compris).

Le but de cette réintroduction douce est de connaître ton seuil de tolérance personnel en observant ce qui se passe pour toi : est-ce que je vais bien quand je mange de cet aliment 1 fois par semaine ? 2 fois par semaine ? Est-ce que je dois laisser au moins 3 jours entre 2 prises ? Ou plus ?

intolerances alimentaires

3) Eviter mais ne pas ressourcer dans les cas d'intolérances alimentaires

Avec une ou des intolérances alimentaires, le corps connaît des soucis sous forme de symptômes divers et variés. Eviter un temps ou limiter la consommation du réactogène grâce aux rotations alimentaires peut être salutaire quand c’est la bonne stratégie.

Mais en parallèle, il est bon de soutenir le corps et lui permettre de renforcer ses processus métaboliques pour lui permettre, en quelque sorte, de mieux faire face au problème : lui apporter les nutriments dont il a besoin en termes de qualité et de quantité, baisser l’inflammation, réparer la muqueuse intestinale pour que ça ne soit plus une passoire… Ressourcer ainsi le corps peut ainsi permettre, avec le temps, d’augmenter le seuil de tolérance à l’aliment incriminé.

4) Imposer l'éviction qui nous fait du bien à notre entourage

Avec la joie de voir s’améliorer la santé, la tentation peut être grande d’imposer à notre famille et à nos proches nos propres découvertes. Cependant, nous sommes tous uniques, nous avons chacun un profil de fond, une histoire et des besoins du moment différents. Si tes proches sont en bonne santé, ne change rien. Et si malheureusement ce n’est pas le cas, invite-les à consulter un professionnel de santé éclairé qui ciblera la cause de leurs maux, qui peut ne pas être la même que la tienne.

5) Ne pas cibler le bon réactogène dans les intolérances alimentaires

On parle beaucoup de l’intolérance au gluten. Alors sur les conseils d’un ami pour qui tout réussi depuis qu’il a arrêté le gluten, on s’y met. Au début ça va, c’est vrai, ça fait du bien. Mais…. le temps passe et… les soucis reviennent… Pourquoi ?

Et bien parce que, d’une part, tout changement alimentaire quel qu’il soit fait souvent du bien, car le corps, en s’adaptant, met en veille certaines voies métaboliques, donc souffle un peu.

Cependant, sur le même principe que plus haut, si ce n’est pas la cause profonde, les soucis reviennent au bout de quelques temps. D’où l’intérêt de ne pas s’enfermer dans une éviction ou un mode alimentaire : si ça ne va pas, fais machine arrière !

Car, devant les nouveaux problèmes, il est tentant de vouloir rechercher un nouveau réactogène, d’être peut-être un peu trop concentré·e sur l’idée que les intolérances alimentaires sont forcément la cause et de partir en chasse du prochain aliment problématique. Ainsi les évictions se cumulent : “j’ai enlevé le gluten, je vais passer au lactose car je trouve que ce n’est pas suffisant”, etc. Mais tu pourrais en fait réagir à la levure du pain par exemple, ou à un des très nombreux additifs contenus dans le pain non bio…

intolérance au gluten

Mais, d’autre part, il y a aussi des personnes qui sont multi-réactives. Taty Lauwers développe sa théorie du réactogène-maître pour ces cas-ci, à savoir, ne pas s’enfermer dans de multiples évictions mais cibler l’aliment ou la molécule qui est à la racine de la majorité des problèmes. D’après son expérience, bien souvent nous ne sommes pas réactifs à tout directement. Il y a un trublion qui dérègle quelque chose quelque part, et par répercussions progressives, d’autres intolérances se développent. En travaillant ainsi, on limite les évictions cumulées, les programmes intenables dans le temps car trop restrictifs, la fatigue et le casse-tête qui accompagnent.

👉🏻 Ici aussi, je ne peux que te conseiller de te faire aider pour les intolérances alimentaires

En effet, quand on a le nez dans le guidon, c’est pas facile de voir le paysage… Le but est d’adopter une stratégie adaptée à ton cas perso. Du sur-mesure. Oui, je me répète, mais c’est im-por-tant 🙂

6) Remplacer par du pire

Un réflexe bien courant est de remplacer l’aliment que l’on souhaite éviter par des substituts manufacturés, par exemple :

  • Des produits sans gluten de type pains et biscottes…
  • Des produits sans lactose de type laits végétaux et crèmes végétales…

Ces produits que l’on achète tout prêts en magasin restent des produits industriels qui contiennent très souvent des additifs en pagaille pour texturer, aromatiser conserver… ou des ingrédients de base qui n’ont rien à faire là : sucre blanc, fécules… La liste d’un pain sans gluten industriel est souvent bien trop longue…

👉🏻 Ne remplace pas nécessairement un aliment par un équivalent

Repense plutôt ta façon de manger et/ou fais maison un maximum.

  • Par exemple, pour le pain, teste de t’en passer si tu as une autre céréale dans ton menu (par exemple, tu as prévu de manger du riz),
  • Ou remplace par une préparation simple faite maison de type galette ou crêpes avec d’autres farines,
  • Ou encore, si tu as une intolérance au gluten, prends des cours pour faire du pain sans gluten au levain maison chez des gens qui font les choses bien (Gabriella Tamas et son Académie du sans Gluten par exemple).
intolerance gluten

Un commentaire ? Une question ? Ecris-moi ici.

Tu te poses des questions sur ta santé et ton alimentation ?

Source(s) : Gloutons de gluten, Taty Lauwers, éd. Aladdin

Crédits photos : Couleur voyage / Pexels Pixabay / ORNELLA BINNI de Unsplash / Giphy